Le décret n° 2019-529 du 27 mai 2019 relatif à l'amélioration de la protection sociale au titre de la maladie et de la maternité des travailleurs indépendants a été publié au JO du 29 mai 2019. Il améliore la protection sociale en cas de maladie et de maternité pour les travailleurs indépendants.
Le texte allonge la durée d'indemnisation du congé maternité pour les travailleuses indépendantes pour l'aligner sur celle des salariées, soit 112 jours. Il précise la décomposition de la durée minimale d'arrêt pour le bénéfice d'une indemnisation au titre de ce congé avec une obligation d'arrêt de travail minimale de huit semaines dont six semaines de repos post-natal.
Le décret procède également à des simplifications du calcul des indemnités journalières au titre de la maladie et de la maternité pour les travailleurs indépendant, notamment en supprimant la condition d'être à jour des cotisations.
Ce texte s'applique aux allocations dont le premier versement intervient à compter du 1er janvier 2019 et aux indemnités journalières versées au titre des cessations d'activité au titre de la maternité débutant à compter du 1er janvier 2019. Les nouvelles modalités de calcul des indemnités journalières en fonction des cotisations effectivement acquittées s'appliquent à compter du 1er janvier 2020. Les autres dispositions s'appliquent aux arrêts de travail débutant le lendemain de la publication du présent décret.

La décision à caractère normatif du CNB n°2018-02 des 16 et 17 novembre 2018 a été publiée au JO du 7 mars 2019.
Elle modifie l’article 12.2 traitant des enchères, en faisant peser sur l’avocat l’obligation de s’enquérir auprès de son client de sa capacité juridique et cela sur déclaration de ce dernier. Au cinquième alinéa, il est ajouté qu’en cas d’adjudication d’un lot en copropriété ou dépendant d’une association syndicale libre, il appartient à l’avocat poursuivant de la notifier au syndic ou au gérant de l’association.
En outre, une troisième annexe a été ajoutée traitant des conditions de vente en matière de vente des actifs immobiliers dépendant d’une liquidation judiciaire.

Le 29 novembre dernier a été publié sur le site du CNB des documents relatifs à la mise en œuvre du RGPD au sein des cabinets d’avocats. Un groupe de travail réunissant les représentants du CNB, du barreau de Paris et les délégués à la protection des données de la profession, a travaillé sur la mise en conformité de la relation cabinet-collaborateurs au règlement général de protection des données (RGPD). Un modèle de note d’information sur l’utilisation des données personnelles du collaborateur par le cabinet et un modèle de contrat de sous-traitance des données personnelles dans l’hypothèse où le cabinet met à la disposition du collaborateur les moyens de traitement utilisés pour les dossiers personnels de ce dernier ont également été élaborés.

Le code de déontologie

Le Règlement Intérieur du Barreau de Paris (RIBP) comprend, d’une part, le Règlement intérieur National (issu des décisions normatives du Conseil National des Barreaux), d’autre part, des dispositions propres au Barreau de Paris qui, tantôt complètent ou précisent des dispositions du RIN, tantôt développent des questions déontologiques ignorées par le RIN.

Lire la suite ...

Avertissements

Le code annoté de déontologie en ligne rassemble les dispositions du Règlement Intérieur National (RIN) et les dispositions propres au Barreau de Paris (identifiables en ce qu’elles sont précédées de la lettre « P ») ainsi que les annexes. L’ensemble de ce corpus, formant le Règlement Intérieur du Barreau de Paris (RIBP).

Lire la suite ...