Accueil > Actualités

ACTUALITÉS Police-plus Imprimer Police-moins

CCBE: publication de recommandations en matière d'aide juridique (9/04/18)

Depuis une première publication de recommandations sur l'aide juridique, intervenue en 2010, le CCBE a continué à suivre l'évolution en la matière en demandant régulièrement aux délégations des Etats membres de faire des rapports sur les changements importants qui ont eu lieu dans leur système national d'aide juridique.

C'est pourquoi, en tenant compte des évolutions les plus récentes qui ont eu lieu depuis cette date et en se concentrant sur les bonnes pratiques des différentes juridictions,

le CCBE a décidé d'élaborer un nouvel ensemble de recommandations, publié le 23 mars 2018.Ces recommandations édictent des principes directeurs pour que l'aide juridique soit fournie de manière satisfaisante. L'aide juridique constitue un outil indispensable pour garantir l'accès à la justice. À cet égard, il est important de rappeler que la diversité des régimes d'aide juridique et des traditions juridiques nationales doit être prise en compte dans la mise en oeuvre du droit d'accès à la justice. Ces recommandations s'articulent autour de plusieurs axes. Les qualifications nécessaires aux prestataires de l'aide juridique, leur indépendance et leurs honoraires. Un point sur le budget alloué à l'aide juridique est fait ainsi que sur son administration. Enfin, une ouverture est opérée dans la dernière partie.

Le Conseil d’Etat annule la décision du CNB permettant la domiciliation d’un cabinet d’avocats dans une entreprise (22/02/18)

Une requête a été initiée demandant au Conseil d'Etat d'annuler pour excès de pouvoir la décision à caractère normatif n° 2016-001 des 1er et 2 juillet 2016 par laquelle l'assemblée générale du CNB a modifié l'article 15.2.2 du RIN de la profession d'avocat. Le conseil d’Etat fait droit à cette demande dans un arrêt du 29 janvier 2018. Il rappelle que le Conseil national des barreaux est investi par la loi d'un pouvoir réglementaire,

qui s'exerce en vue d'unifier les règles et usages des barreaux et dans le cadre des lois et règlements qui régissent la profession. Ce pouvoir trouve cependant sa limite dans les droits et libertés qui appartiennent aux avocats et dans les règles essentielles de l'exercice de la profession.

Il ne peut légalement fixer des prescriptions nouvelles qui mettraient en cause la liberté d'exercice de la profession d'avocat ou les règles essentielles qui la régissent et qui n'auraient aucun fondement dans les règles législatives ou dans celles fixées par les décrets, ou ne seraient pas une conséquence nécessaire d'une règle figurant au nombre des traditions de la profession. Or, en l’espèce, les dispositions litigieuses ont pour objet de permettre à un avocat exerçant à titre individuel ou à une structure d’exercice de domicilier de façon permanente et effective une partie de son activité dans les locaux d'une entreprise, qui peut être sa cliente. Pour le Conseil d’Etat elles permettent l'exercice de la profession dans des conditions qui ne correspondent pas à des règles et usages des barreaux et doivent ainsi être regardées comme instituant des règles nouvelles. Les modifications de l'article 15.2.2 auxquelles a procédé la décision litigieuse n'ont pas de fondement dans les règles législatives ou réglementaires fixées par les décrets et ne peuvent être regardées comme une conséquence nécessaire d'une règle figurant au nombre des traditions de la profession. En outre, ces conditions d'exercice sont susceptibles de placer les avocats concernés dans une situation de dépendance matérielle et fonctionnelle vis-à-vis de l'entreprise qui les héberge et mettent ainsi en cause les règles essentielles régissant la profession d'avocat d'indépendance et de respect du secret professionnel. Elles ne sont pas au nombre de celles que le CNB était compétent pour édicter.

Déontologie : un accès simple et rapide ! (24/02/16)

Afin de faciliter vos envois et leur traitement, concernant une saisine ou une demande relative à un dossier déjà ouvert, vous devez adresser un courriel à l’adresse mail suivante :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Objet : SAISINE ou No du dossier


En revanche n’oubliez pas de joindre les pièces indispensables à l’instruction du dossier et de veiller au respect du Contradictoire en adressant copie de votre envoi à votre contradicteur.

Un mail suffit : les envois par télécopie ou par courrier postal, ne seront plus traités conformément à l’engagement de l’Ordre en faveur de la dématérialisation (rapport Développement Durable 2012)